Je vous invite à visionner ma vidéo ci-dessous dans laquelle j’interview François Denis à propos de la blockchain dans le secteur de l’immobilier.

Retranscription de la vidéo « Comment la blockchain va transformer l’immobilier (avec François Denis – Riche à 30 ans) »

Benjamin : Salut à tous ! J’espère que vous allez bien. Aujourd’hui je suis en compagnie de François Denis du blog Riche à 30 ans. Salut François !

François Denis : Salut à tous !

Benjamin : François est la référence blockchain et crypto en France depuis maintenant quelques mois voir même quelques années maintenant. Et donc à l’occasion de la sortie de son livre « L’heure de tuer les intermédiaires », j’ai la chance de l »interviewer. François peux-tu commencer par te représenter. Toi et ton parcours pour que tout le monde puisse te connaître si ce n’est pas encore le cas.

François Denis : Oui bien sûr. Déjà merci beaucoup pour cette invitation et pour cette présentation. Pour faire simple je suis crypto monnaie investisseurs et rentier immobilier. Et pour l’histoire, parce que c’est important, je suis aussi ingénieurs ce qui est très important pour la partie blockchain. Je suis dans ce domaine c’est-à-dire tout ce qui est crypto & blockchain depuis presque quatre ans. J’ai commencé à investir et à m’y intéresser en 2015 et donc en plus maintenant effectivement je suis un formateur professionnel sur ce sujet.

Benjamin : Souvent quand on parle de crypto, de blockchain, etc… Il y a un gros « méli-mélo » si je peux dire. C’est-à-dire que tout le monde pense que blockchain = crypto = bitcoin, si je résume. Est-ce que tu peux nous faire une petite présentation, en tout cas nous expliquer vraiment la différence entre ces trois notions ?

François Denis : Oui bien sûr. Ce qui est important à comprendre. Je vais la faire « courte » parce que je pourrai passer 3h à parler de ça. Tu as donc les cryptomonnaies, la blockchain et le bitcoin qui est à la fois une cryptomonnaie et une blockchain. Donc rapidement une cryptomonnaie, c’est aussi ce que l’on appelle aujourd’hui un crypto actif parce qu’il faut savoir que les cryptomonnaies sont très peu souvent des monnaies et donc c’est la partie, c’est le haut de l’iceberg. C’est ce que voit le grand public. Derrière il y a une technologie sous-jacente que l’on appelle la blockchain. Donc la blockchain c’est la partie informatique, la partie ingénierie / innovation que le grand public n’a pas besoin de voir, ni de comprendre forcément pour l’utiliser, mais qui en fait explique les cryptomonnaies. Tout simplement la blockchain est un protocole informatique qui répond, il faut le voir comme un très grand registre, où l’ensemble des transactions sont visibles. Et donc les cryptomonnaies c’est tout simplement la forme que prend la blockchain. Par exemple à l’époque pour faire un comparatif avec internet, le grand public ne voyait pas ce que c’était. Il n’y avait pas de forme, il n’y avait aucune utilité à internet Cependant avec l’arrivée du fameux « www », cela a donné une forme à internet, utilisable que l’on connaît aujourd’hui. C’est un peu la même chose avec les cryptomonnaies. Ça donne ce qu’on appelle un token. Un crypto actif ça donne la forme à la blockchain pour pouvoir l’utiliser entre utilisateurs, entre professionnels, pour le grand public, … Il peut y avoir une infinité de blockchain. Que ce soit des blockchains privées ou des blockchains publiques.

Benjamin : En fait la blockchain c’est un peu une grande liberté si je peux dire, où tout est tracé et rien ne peut être effacé en plus c’est bien ça ?

François Denis : Oui c’est ça ! Le première chose qu’il faut mettre en avant c’est la traçabilité à 100%. Il y en a beaucoup qui appellent la blockchain la révolution de la confiance parce que justement vu que l’on peut tout tracer et que l’on peut tout vérifier, comme tu l’as dit, on ne peut pas enlever quelque chose et on ne peut pas non plus rajouter entre deux transactions quelque chose, cela nous donne ce fameux grand registre, ce grand livre où l’on peut tout voir, tout vérifier et rajouter des transactions. Evidemment on ne va pas rentrer dans le détail, mais on peut l’appliquer un peu à tout et n’importe quoi et à commencer par l’immobilier.

Benjamin : Oui tout à fait. Tu es spécialisé dans ce domaine qui est la blockchain et donc dans ton livre qui s’intitule « l’heure de tuer les intermédiaires », tu t’es dit, la blockchain c’est révolutionnaire, c’est quelque chose qui au final, qu’on le veuille ou non, va envahir notre quotidien dans 5, 10 ou 20 ans, on ne sait pas encore mais ça va arriver. Et du coup, tu t’es demandé à quoi va ressembler le marché immobilier dans quelques années ? De ce fait, pourquoi as-tu choisi ce secteur-là ? tu auras pu choisir plein d’autre secteurs.

François Denis : Il y a plusieurs raisons. Effectivement comme on vient de le dire, il y a énormément de marché qui vont être révolutionnés par la blockchain. Il y en a quelques-uns qui vont l’être plus que d’autres en commençant par l’immobilier, par aussi la logistique et la supply chain, par le commerce et bien d’autres. Premier point, l’immobilier est un des marchés qui va être le plus impacté c’est sûr donc c’était pertinent d’attaquer le sujet par l’immobilier. Et aussi parce que moi-même je suis passionné par l’immobilier. C’est un « mix » entre mes deux passions il y a la crypto / la blockchain et l’immobilier et en fait j’ai rassemblé les deux dans ce bouquin. C’est aussi pour ça que je me présente à la fois en tant que cryptos investisseurs et en tant que rentier immobilier. Les deux sont arrivés dans le livre pour moi c’était naturel d’aborder le sujet de la blockchain aussi par l’immobilier.

Benjamin : Je comprends tout à fait. D’ailleurs tu nous donnes pas mal d’exemples de sorte de crypto on va dire qui sont déjà lancées dans l’immobilier via des ICO. Il y a une cryptomonnaie dont tu donnes l’exemple qui va nous permettre d’acheter des fractions d’appartement ou des fractions de biens immobiliers. Est-ce que tu peux nous en dire un peu plus ? Car nous qui sommes des investisseurs immobiliers c’est quand même contre nature ce genre de choses.

François Denis : oui bien sûr. Effectivement le bouquin, on peut dire qu’il y a trois parties. Il y a ce qui a déjà était fait, ce qui est en train de se faire et surtout ce qui va se faire dans le futur. Donc pour revenir à l’application de la blockchain à l’immobilier, c’est ce qu’on appelle la tokenisation. Qu’est-ce que la tokenisation ? C’est le fait de créer un token donc un crypto actif qui est adossé à un vrai actif dans la vraie vie. Un token qui est adossé par exemple à un bien immobilier réel. Et ce token, comme n’importe quelle cryptomonnaie qui se lance sur le marché, il peut y en avoir autant qu’on veut. C’est-à-dire que c’est la personne, l’entreprise, la société, l’individu qui fixe ça dès le début. On peut très prendre un exemple simple, avoir un bien immobilier à 100 000 euros. On peut créer 100 000 tokens et donc le bien, comme tu l’as dit, peut être en quelque sorte être divisé en 100 000 parts de 1 euro. Ce qui est intéressant à la fois pour l’émetteur, donc le propriétaire et aussi pour l’investisseur. Il y a plein davantage. Je ne sais pas si tu veux les détailler mais potentiellement ça va devenir une forme à la fois de financement et une forme de liquidité totale des biens immobiliers qui va devenir je pense normale dans quelques années. Dans cinq / dix ans.

Benjamin : C’est ça. Et en fait la porte que cela ouvre, c’est aussi que l’on va pouvoir commencer à investir dans l’immobilier avec une somme extrêmement faible. Par exemple toi, si tu as est un appartement de 100 000 euros, pour reprendre ton exemple. Et bien avec 100 euros tu vas pouvoir acheter une part, une cryptomonnaie de cet appartement-là qui est mettons à paris et avec une autre somme tu vas pouvoir acheter pareil des parts dans un appartement au Japon, en Australie, …

François Denis : c’est un des avantages sur ce que j’appelle donc une diversification à l’extrême. Aujourd’hui si on veut un bien à 100 000 et bien il faut 100 000 soit directement, soit par l’effet de levier bancaire. Mais admettons que l’on ait que 10 000, on peut très bien investir 2 000 euros dans un appartement à paris, 2 000 euros dans un appartement à Tokyo à New York ou à l’autre bout de la planète. On se retrouve avec 10 000 euros d’investissements immobiliers mais aux cinq coins de la planète tout simplement. On diversifie, on prend moins de risques, on a une liquidité ultime et il y a plein d’autres avantages mais ça c’est l’un des avantages de cette diversification à l’extrême.

Benjamin : Sachant qu’en plus dans l’immobilier, diversifier c’est quand même quelque chose d’assez compliqué si je peux dire car il faut avoir un patrimoine assez important pour pouvoir commencer à le diluer. Et là en fait avec 10 euros on va dire on peut déjà commencer à se faire un patrimoine dilué ce qui est assez intéressant. Un autre alors avantage ou inconvénient je ne sais pas, c’est que cela va également permettre à certains pays, on va dire un peu moins développés, si je peux appeler ça comme ça, de commencer à investir de façon un peu plus massive, avec des petites sommes. Cela permet aussi de tirer vers le haut si je peux dire.

François Denis : C’est un aspect qui ne va pas forcément nous impacter directement. Toi. Moi. Peut-être la personne qui écoute ce podcast car effectivement ça ne nous concerne pas. Mais ça va être, ça va avoir un impact énorme donc il faut quand même le souligner, c’est pour ça que j’en parle aussi dans le livre. C’est-à-dire qu’aujourd’hui ce qu’on appelle les pays développés les pays modernes, les pays en général du nord représentent 1,5 milliards de personnes sur la planète. Sauf que, jusqu’à aujourd’hui c’était le nord qui investissait dans le sud. Avec la tokenisation, donc le fait d’adosser à un actif réel un crypto actifs, et ben on va avoir des tokens parfois qui vont être à 1 dollars, voir 10 centimes, 5 centimes, à 25 centimes, et aujourd’hui on peut avoir ces pays sous-développés, ces pays en croissance qui représentent donc plus de 5 milliards de personnes sur la planète, qui vont pouvoir investir dans un token immobilier à Paris, à New York à coups de 10 centimes. Ils vont peut-être gagner 3 dollars par mois, ils peuvent pas investir. Mais par contre sur un token, ils vont avoir la même rentabilité que n’importe qui mais ils vont investir à leur échelle. Et donc là, on renverse complètement cet effet. Ce n’est plus le nord qui investit dans le sud mais c’est le sud donc la majorité des gens, qui pourrait investir aussi dans le nord. Et ça c’est super important pour l’économie au niveau macro.

Benjamin : c’est ça c’est quand même un énorme bouleversement par rapport à ce que l’on connaît au jour d’aujourd’hui si je peux dire. En plus de cette diversification qui est un avantage pour tout investisseur, quels sont les autres impacts ? Aujourd’hui il y a les agences immobilières, il y a les notaires. Du coup avec la blockchain tout ça si je peux dire, ça vole en éclats. Ils n’existent plus en fait parce que l’on veut vendre nos appartements, nos biens de main en main si je peux dire.

François Denis : Oui on a parlé déjà de quelques avantages mais il y en a autre autre c’est effectivement, c’est le titre du livre « L’Heure de tuer les intermédiaires », vu que l’on va arriver à un niveau de confiance à 100%, comme on va arriver à un niveau de traçabilité qui va arriver à 100%, il y a certains métiers qui ne servent plus à rien. Ce n’est pas l’ensemble du travail, mais un notaire, un comptable ou même un avocat, 90% de leur temps, c’est revenir sur ce qui a déjà été fait, par un avocat. Par exemple c’est ce que l’on appelle la jurisprudence. Il n’apporte aucune valeur ajoutée. Et la partie où il effectivement apporte de l’expertise intrinsèque, c’est très très limité. Donc on pourrait dire que quasiment la totalité des métiers qui servent d’intermédiaires, des tiers de confiance ou tierce personne qui pourrait disparaître grâce ou à cause de la technologie blockchain.

Benjamin : Et donc ça aussi, c’est bon pour nous car si nous n’avons plus d’agence immobilière il n’y aura plus de frais d’agence, pour les notaires, il n’y aura plus de frais de notaire, donc ça va permettre aussi d’acheter plus on va dire avec la même somme.

François Denis : Bien sûr. Vous devez sûrement le savoir, mais la proportion que prend les frais de notaire et même tous les frais si on cumule avec les frais bancaires, ça fait quand même un petit peu de sous. On revient aux principes, aux tous premiers principes d’échange, de troc avant l’invention des devises, des monnaies fiduciaires, et on revient grâce à la technologie, à cet effet de troc qui était là depuis des millénaires en fait.

Benjamin : c’est ça on revient un peu à la genèse si je peux dire. Et toi, ta vision de tout ça ? C’est à dire qu’aujourd’hui c’est encore un peu théorique même s’il y a des projets qui sont déjà sortis, qui sont déjà en place.

François Denis :  Effectivement on n’est pas en train de parler de trucs qui vont arriver dans 20 ans. Il y a déjà des biens qui ont été tokenisés. Il y a déjà des plateformes qui permettent d’acheter ces tokens. Et il y en a de plus en plus. C’est toujours de pays un peu en avance notamment Dubai, les pays en Asie qui sont très en avance au niveau de la technologie, le Japon, la Corée du Sud. Pas mal aussi aux Etats-Unis même un petit peu en Allemagne aussi actuellement. Donc c’est maintenant.

Benjamin : Et donc toi, aujourd’hui il y a des initiatives qui sont lancées, mais selon toi c’est quoi ? C’est dans cinq ans que ce sera vraiment indispensable, que l’on pourra acheter un appartement via des tokens ou dans 10, 20 ans, …

François Denis : C’est la question. La vraie question c’est à quel moment ça va devenir normal pour les gens ? Comme internet, ça été inventé dans les années 60 ou 70 mais pour le grand public, c’est fin des années 90 / années 2000. Il y a eu quelques années qui sont passées. Là l’idée c’est la même chose. On a eu beaucoup d’applications qui viennent d’arriver sur la blockchain à commencer par les crypto monnaies, mais le vrai challenge de la blockchain c’est quel sera le niveau d’impact et d’application, c’est ce que l’on appelle les d’apps. Ce sont les applications décentralisées grâce à la blockchain, qui vont arriver. Donc déjà au minimum je pense que pour que ça devienne mature et qu’on commence à l’utiliser c’est au minimum 5 ans je pense. Au niveau de la technologie et de l’ingénierie, en terme d’innovation et d’améliorer ce qui a déjà été fait, au moins cinq ans. Après pour que le grand public comprenne et l’utilise, je pense je pense dix ans au moins pour que ça devienne normal.

Benjamin : Les intermédiaires ont encore de beaux jours devant eux si je peux dire.

François Denis : Je suis très pro blockchain et crypto, ce n’est pas plus mal. Si c’est vraiment trop abrupt, trop disruptif, ça peut engendrer des choses. C’est à dire que la blockchain par les cryptos peuvent ne pas être prêt, il peut y avoir trop de transactions et la technologie ne suis pas. Donc c’est bien que ça se fasse aussi de façon douce.

Benjamin : Toute à l’heure tu disais qu’il y avait déjà des des crypto qui existaient dans le monde de l’immobilier. Où pouvons-nous les acheter ? Peux-tu nous donner des exemples de crypto que toi tu sens avoir un gros potentiel.

François Denis : Si tu veux rester dans le milieu immobilier, il y a les tokens et les crypto-actifs que je conseille dans le livre. Il y a différentes niches dans l’immobilier. Il y a aussi l’exemple que je donne et que développe pas mal sur l’immobilier saisonnier courte durée donc c’est le projet notamment qui s’appelle Bee Token qui veut remplacer Airbnb. Donc là aussi il peut y avoir un énorme marché. Airbnb sur la blockchain il y aurait 0 % de commission plus une traçabilité totale. Il y a énormément de projet et effectivement il y a des vrais tokens, des vraies parts de biens immobiliers. On pourrait trouver ça sur la plateforme Alt.Estate. Il y en a une autre qui est en train d’arriver, qui est en train de mettre en plus une juridiction, vraiment quelque chose de beaucoup plus poussée au niveau juridique, c’est Polymase. Celui-là je ne l’ai pas cités dans le bouquin je pourrais en parler aussi mais c’est aussi ce que l’on appelle des security tokens. Ce sont des tokens qui sont adossés de façon officielle à un bien immobilier pour reprendre l’exemple de l’immobilier ou à n’importe quel actif de valeur sur la planète. Donc Polimase aussi est un bon conseil d’investissement en plus des autres que je viens de conseiller.

Benjamin : Donc s’il ya quelqu’un qui écoute notre poadcast, il tape Bee Token ou Polimase et il peut commencer déjà à acheter des cryptos relatifs à l’immobilier ?

François Denis : Oui tout à fait et puis même il peut même acheter lui-même des parts de ses entreprises. Tu peux investir sur un projet mais tu peux aussi investir sur l’entreprise qui propose ces projets. C’est un peu comme si tu investissais sur une plateforme de financement participatif, disons Kickstarter qui est une des plus connues. Tu peux investir sur un projet que propose Kickstarter mais tu peux aussi prendre des actions chez Kickstarter. C’est un peu la même idée donc là aujourd’hui on peut très bien acheter des actions si je puis dire chez Polymas et aussi avoir un énorme rendement d’ici quelques années.

Benjamin : Pour ceux qui nous écoutent, il y a vraiment deux types d’investissements et c’est vraiment aujourd’hui qu’il faut se lancer. Il ne faut pas attendre parce que sinon le train sera parti. Alors tout à l’heure tu te présentais comme un fan et une référence dans la blockchain et c’est vrai qu’aujourd’hui quand on tape blockchain sur google tu es un des premiers qui sort, mais aussi rentier immobilier. Comme on est sur chaine consacrée à l’investissement immobilier, est ce que tu peux nous dire ta stratégie dans l’immobilier ? C’est quoi ? C’est du saisonnier ? De la longue durée ? De la colocation ?

François Denis : Ma stratégie était assez simple et assez bien définie. Je voulais chercher quand même le plus gros cash-flow mais en passant le moins de temps possible. C’est à dire que pour moi déjà dès le départ je me refuse à faire du saisonnier ou de la courte durée, parce que ça prend pour ceux qui le font, ça prend du temps et c’est une vraie activité que je ne voulais pas, parce que j’ai d’autres choses à côté qui me prennent du temps et qui me font gagner, disons beaucoup plus d’argent que ça. Donc je voulais quelque chose qui se rapproche le plus possible de vraiment quelque chose de passif même si on peut déléguer à 100% du saisonnier, mais en me prenant moins la tête et que ce soit le moins énergivore. Donc je suis plus parti sur de la colocation. Effectivement ce qui fait que cela génère pas mal de cash-flow pour peu de travail. Aujourd’hui voilà je me concentre et je vais essayer d’en refaire d’autres encore l’année prochaine. Je me concentre vraiment sur la colocation.

Benjamin : Donc 100% colocation, c’est vraiment ta stratégie l’immobilier. Peux-tu nous dire où on peut acheter ton bouquin ? Je pense que je suis un des premiers à l’avoir acheté. Je l’ai lu en moins de deux jours. C’est vraiment révolutionnaire, ça ouvre plein de portes. Je pense que c’est vraiment un bon achat pour ceux qui nous écoutent. Donc est ce que tu peux nous dire où ils peuvent le trouver et à combien ?

François Denis : Oui bien sûr. Je te confirme il se lit vite parce que je n’ai pas voulu en faire un pavé mais je pense qu’à la limite et vu les premiers retours que j’ai eus, il faut le lire deux ou trois fois. Il se lit vite mais il faut le lire plusieurs fois pour vraiment ancrer les différents paradigmes. Pour le trouver, aujourd’hui il n’est pas encore disponible sur les grandes plateformes. J’ai voulu d’abord le proposer à ma communauté au prix coûtant. Ce n’est même pas 5 euros le bouquin. Donc pour le trouver aujourd’hui il y a que ce lien c’est formation.richea30ans.com/livre tout simplement. Par contre il va arriver très bientôt sur amazon et à la fnac et il sera plus à ce prix-là pour le grand public. Il sera à environ 20 euros. Et je vais en faire une deuxième édition donc c’est à dire que je vais reprendre les différents retours que j’ai eu, corriger les quelques fautes d’orthographe, je vais le reformuler formuler et ce sera disponible sur les grandes plateformes. Pour l’instant il n’y a que le lien que je viens de citer.

Benjamin : Je vais mettre le lien juste en dessous de la vidéo, vous n’aurez plus qu’à cliquer dessus si vous voulez vous procurer le livre. Je vous le conseille encore une fois c’est vraiment une référence dans le domaine et surtout ça ouvre des perspectives pour le marché de l’immobilier de demain qui aujourd’hui est le même si je peux dire depuis de nombreuses années et là il y a vraiment une grosse grosse révolution qui se prépare. François je te remercie beaucoup du temps que tu m’as accordé et je vous dis à très bientôt ! Ciao

François Denis : Ciao

Leave a Reply

Your email address will not be published.